LIVRE & COMPAGNIE
LIBRAIRIE CAFÉ LITTÉRAIRE
Belle-Île en mer
ACCUEILUN LIEUDES LIVRESDES LIENSCHAMBRE D'HÔTESenglish version

Mercredi 27 avril
HORAIRES LIBRAIRIE
Ouvert tous les jours sauf le Dimanche
Ouvert Du Lundi au Samedi :
10h30 - 12h30 /15h30 - 18h30

 en savoir plus 

Samedi 16 avril à 15h

PoéVie
Les écrivains réunis pour une lecture à voix haute à la libraire Liber & Co

(Article du Télégramme et photo : Roselyne de Montesquiou)

Pour Bénédicte Liber, responsable de la librairie Liber and Co située au 2 rue des remparts à Palais, « réunir des poètes pour ce moment de lecture est une bouffée d’oxygène après la période de fermeture sanitaire. Je voulais les entendre dans le jardin, cet instant pourrait s’appeler POÉ-VIE », explique-t-elle.

En premier : Falmares, jeune réfugié guinéen venu lire un passage de son troisième livre "Tropique Printanière".

Ensuite, Léa Dubreuil, professeur au collège Michel-Lotte, a lu "Désir" un poème extrait de son recueil "Bastia",

puis ce fut au tour du "troubadour de Kervi", connu sous son nom de Marane, de s’exprimer...

 en savoir plus 
> Toutes les rencontres


PRIX LIBER & CO - 3ème édition
Prix spécial du jury
 Jeudi le 17 mai 2012 
> Vos réactions 

Un prix spécial du jury a été décerné à Aharon Appelfeld pour son dernier roman Le garçon qui voulait dormir, traduit de l'hébreu par Valérie Zenatti.

Ce prix exceptionnel honore un écrivain qui a accompagné les lecteurs de Liber & Co depuis plusieurs années avec notamment Histoire d'une vie et La chambre de Mariana. Ces derniers ont voulu distinguer une écriture au service d'un univers sensible et humain unique où la fragilité d'une vie sans cesse menacée puise sa force dans le souvenir des liens tissés dans l'enfance.

Le garçon qui dort toujours est un rescapé, le seul de sa famille, de l'entreprise d'extermination du peuple juif au cours de la deuxième guerre mondiale. A la fin de cette guerre il traverse toute l'Europe de l'est jusqu'à Naples, porté par d'autres exilés, comme lui, qui ne veulent pas l'abandonner sur le bord de la route.
Comment survivre quand on a tout perdu? Avec la présence des disparus qui apparaissent dès que les yeux se ferment. Puis ce sera bientôt le départ collectif vers Misgav Yitzhak dans les montagnes de Judée pour une vie de pionnier, dans la précarité d'une nouvelle guerre, où tout est à réinventer, même sa propre langue. C'est avec les mots de cette nouvelle langue, l'hébreu, que le jeune garçon va répondre à l'exigence d'une vocation qui vient de naître :
" Je distinguais les gens avec plus de clarté dans mon sommeil... Mon père revint me demander ce que je faisais pour me préparer à être écrivain...
- " ... Je partirai à la recherche du terme exact pour décrire ce qui nous est arrivé.
- Où iras-tu ?
- Partout où nous avons été.
- Pourquoi parles-tu au pluriel ?
- Parce qu'une seule voûte céleste nous recouvre, toi, maman et moi.
- J'ai toujours su que tu étais courageux ", dit mon père, les larmes aux yeux. "
(Le garçon qui voulait dormir, p. 166-167)






 Vos réactions
message  
signé     votre email   
Recopiez les caractères suivants :


RADIONEWSLETTERCONTACTenglish version

Librairie Liber&Co
Café littéraire
2 rue des Remparts 56360 Le Palais
02 97 31 82 41